Culte : « Ma philosophie de A à B et vice versa » d’Andy Warhol

Article publié le 27 octobre 2015

Art

Pourquoi le lexique de roi du pop art est un livre que nous devrions tous laisser traîner sur notre table basse. Par Violaine Schütz.

On ne lit pas « Ma philosophie de A à B et vice versa » du pape du pop art, de A à Z et dans l’ordre. Comme un recueil de poèmes qui trône sur la table de chevet, on en lit quelques lignes au hasard et on laisse agir les mots. Exposant différentes anecdotes du peintre à la fois drôles et profondes, cet essai donne en effet beaucoup à penser.  Composé de conversations enregistrées sur magnétophone (qu’il considérait comme sa femme), il nous fait part de ses réflexions sur l’Amérique des années soixante et soixante-dix, la société en général, la télévision, les stars et l’art. Au fil des pages, se dessine une véritable vision (philosophie) de la vie qu’on pourrait se résumer par « rien et son contraire », soit la vie est rien. Rien n’est rien. Tout est rien. « A » représente en fait un individu (l’artiste) qui entretient avec les autres (les « B ») des rapports qui lui permettent de faire passer le temps. « B est n’importe qui et je ne suis personne ». Andy nous dit ni oui, ni non en somme.

La phrase à ressortir dans un dîner : Ou bien : « Quand les gens découvraient le sexe à quinze ans et mouraient à trente-cinq, ils avaient évidemment moins de problèmes que ceux d’aujourd’hui, qui découvrent le sexe vers huit ans et vivent jusqu’à quatre-vingts ans. C’est bien long pour manier un seul concept. »

Le trait de génie : « B : Est-ce qu’il pleut ?
A : Je crois qu’on nous crache dessus.

Ma philosophie de A à B et vice-versa (1975)
D’Andy Warhol
217 pages
Aux éditions Flammarion

Les plus lus

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

lire la suite

voir tout

Art

Comment le Moyen Âge est-il redevenu cool ?

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.