Art

Le pape du cinéma trash John Waters revient sur sa sulfureuse carrière dans un nouveau livre

Article publié le 23 mai 2019

Share :

Photo : John Waters.
23/05/2019

Le réalisateur culte John Waters vient de publier « Mr. Know-It-All : The Tarnished Wisdom of a Filth Elder » : un ouvrage dans lequel il revient sur les anecdotes piquantes qui ont émaillé sa carrière cinématographique, prodigue ses conseils à la jeune génération et se dévoile avec honnêteté sur ses expériences passées.

Après Make Trouble, un appel à la désobéissance publié en 2017, et Carsick, dans lequel il raconte son improbable road trip à travers les États-Unis, marqué par sa rencontre avec un groupe de rock et un politicien républicain, John Waters est de retour avec un septième livre intitulé Mr. Know-It-All : The Tarnished Wisdom of a Filth Elder. Un ouvrage dans lequel le cinéaste et acteur américain se remémore son passé avec une extrême franchise. 

Sur l’illustration qui fait office de première de couverture, la silhouette filiforme et élancée de ce dandy aux lèvres surplombées d’une moustache ultra-fine, comme tracée au feutre noir, apparaît installée sur un trône. Une couronne sur la tête, celui que l’on surnomme « le Prince du vomi » s’offre une connotation royale supplémentaire avec le sceptre qu’il tient dans sa main gauche et lève l’index de l’autre, jouant les grands sages. Il faut dire que « Mr. Know-It-All », qui se traduit en français par « M. Je-Sais-Tout », se situe à mi-chemin entre le livre de conseils et les mémoires. Car entre ses souvenirs et ses hommages – notamment à Andy Warhol -, John Waters distille, au fil des pages, de précieux tips à ceux qui rêvent, par exemple, de devenir réalisateurs.

Photo : John Waters, Mr. Know-It-All : The Tarnished Wisdom of a Filth Elder.

Né d’un désir irrépressible de transmettre, son nouveau livre est construit autour de chapitres autonomes dédiés à des sujets divers et variés, allant de ses souvenirs de tournage à ses goûts musicaux, en passant par son amour pour l’architecture brutaliste et ses trajets en première classe dans les avions. Parmi eux, plusieurs sont également consacrés aux longs métrages exubérants qui ont forgé sa réputation de réalisateur culte. Ainsi, un chapitre entier est consacré à Hairspray (1988), comédie musicale hilarante avec, en vedette, l’acteur fétiche de John Waters : la flamboyante drag queen Divine. Un autre revient quant à lui sur le grotesque Polyester (1981), dans lequel Divine campe Francine, une mère de famille confrontée à un fils fétichiste des pieds, un mari pornographe et une fille dévergondée. Un autre encore se concentre sur Cry-Baby (1990), un des premiers films à avoir révélé Johnny Depp, tourné dans la ville de naissance de John Waters, Baltimore, comme tous ses autres long métrages. 

Grand représentant du cinéma underground et souvent qualifié de provocateur, « le pape du trash » (un autre surnom, que lui a donné l’écrivain William S. Burroughs) partage aussi ses destinations de vacances favorites, révèle ce qu’il pense de Hollywood ou évoque la meilleure manière de dire « je t’aime » selon lui. Le livre comprend également son lot d’anecdotes sulfureuses, dont celle retraçant son trip sous LSD à l’âge de 70 ans avec son amie l’actrice Mink Stole, figure incontournable du crew des « Dreamleaders » qui gravite autour de lui et composé notamment de l’acteur David Lochary, décédé en 1977 ou encore de Mary Vivian Pearce et, bien-sûr, de Divine. Un ouvrage dans le prolongement de l’œuvre de John Waters, qui n’a pas sorti de film depuis A Dirty Shame en 2004, marqué par la même excentricité teintée d’humour caustique qui a fait son succès.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

lire la suite

> voir tout

Art

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE