Barry Jenkins va réaliser un biopic sur le célèbre chorégraphe gay afro-américain Alvin Ailey

Article publié le 6 juin 2019

Art

Photo : Alvin Ailey.
06/06/2019.

Récompensé de l’Oscar du meilleur film en 2017 pour Moonlight, Barry Jenkins vient de révéler son nouveau projet de long-métrage. 

Né en 1931 au Texas alors que la ségrégation raciale fait rage, et mort du sida à New York en 1989, l’œuvre du légendaire danseur et chorégraphe afro-américain Alvin Ailey, nommé « ambassadeur essentiel de la culture américaine » par le Congrès américain en 2008, va une nouvelle fois être célébrée. Selon le site Deadline, Fox Searchlight Pictures a confié la réalisation d’un biopic sur sa personne au cinéaste Barry Jenkins. En mars 2018, la société de production avait acheté les droit de Alvin Ailey: A Life in Dance, une biographie du danseur écrite en 1996 par Jennifer Dunning, sur laquelle le scénario prendra appui.

Formé à la danse jazz à Los Angeles, Alvin Ailey est l’un des chorégraphes les plus importants du 20ème siècle. Érigé au rang de véritable icône de la danse moderne, il a notamment bâti sa renommée en organisant de multiples tournées à travers le monde. Créateur de 79 ballets, dont l’un des plus célèbres est « Revelations », Alvin Ailey a fondé sa propre compagnie à New York en 1958 : l’Alvin Ailey American Dance Theater. Régulièrement en représentation au festival Les étés de la danse à Paris, cette dernière, qui détient les droits de ses chorégraphies, a signé un accord pour participer à la réalisation du futur biopic de Barry Jenkins.

Photo : Ballet Revelations, Alvin Ailey.

Pour l’heure, aucun casting ni aucune date de sortie n’ont encore été annoncés pour ce long métrage – le quatrième de Barry Jenkins. La nom de son scénariste a cependant été dévoilé : il s’agira de Julian Breece, un des auteurs de la mini-série Dans leur regard de Ava DuVernay. Diffusée sur Netflix, cette dernière retrace l’histoire de cinq adolescents afro-américains et hispaniques inculpés à tort pour le viol et la tentative de meurtre d’une joggeuse, à Central Park en 1989, et questionne la discrimination raciale au sein du système judiciaire américain.

Âgé de 39 ans, Jenkins a déjà brossé de multiples portraits de personnages afro-américains à travers son œuvre, analysant au passage la place qu’ils occupent au sein de la société américaine. En 2016, Moonlight, son adaptation de la pièce de théâtre In Moonlight Black Boys Look Blue ( « Au clair de lune, les garçons noirs ont l’air bleus ») de Tarell Alvin McCraney, avait connu un accueil dithyrambique. Récompensé de trois Oscars devant le favori La La Land – celui du meilleur film, du meilleur scénario adapté et du meilleur acteur dans un second rôle – et d’un Golden Globe, Moonlight racontait comment Chiron, un jeune homme noir vivant dans le ghetto de Liberty City, un quartier de Miami ravagé par le trafic de drogue, découvrait et tentait de vivre son homosexualité. Début 2019, Barry Jenkins récidivait avec Si Beale Street pouvait parler, adapté d’un roman éponyme de James Baldwin, auteur américain notamment célèbre pour avoir écrit La Chambre de Giovanni. Également nommé aux Oscars cette année, où il a été récompensé du prix de la meilleure actrice dans un second rôle pour Regina King, le film suivait une difficile histoire d’amour dans le Harlem des années 70.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Shalva Nikvashvili : « La liberté de notre société est une utopie à laquelle je rêve encore »

Après avoir quitté l’ultra-orthodoxe Géorgie et s’être heurté à l’hostilité de la société occidentale face à sa condition d’immigré, l’artiste Shalva Nikvashvili explore la notion d’identité à travers une pluralité de médiums allant de la sculpture au dessin en passant la vidéo, la photographie ou encore la poésie. Ses créations plastiques tiennent d’un savoir artistique fait main et interpellent par les matières recyclées avec lesquelles elles sont exécutées et leur design hétéroclite. Elles traduisent par ailleurs une adresse manuelle que l’artiste tient de son éducation au milieu de la campagne géorgienne, à Sighnaghi, son village natal, où il a appris à faire œuvre de rien dès son plus jeune âge.

Lire la suite

Les photos des vernissages de l’exposition « Antidote Curates x Mariette Pathy Allen »

Merci d’avoir été aussi nombreux·ses aux vernissages de « Antidote Curates x Mariette Pathy Allen », la première exposition solo parisienne dédiée à l’artiste pionnière Mariette Pathy Allen. Ces événements se sont déroulés plusieurs soirs de suite afin de pouvoir accueillir un maximum de personnes, malgré les restrictions liées à la Covid-19 (pour précision, toutes les personnes présentes au sein de la galerie portaient un masque, mis à part lorsqu’elles étaient prises en photo). L’exposition, qui a démarré le 27 janvier, se tiendra jusqu’au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30, au 20 rue des Gravilliers, dans le troisième arrondissement de Paris), avec le soutien de Gucci.

Lire la suite

Qui est la première artiste invitée par Antidote Curates, bientôt exposée à Paris ?

La première exposition Antidote Curates rassemblera des photographies de Mariette Pathy Allen du 27 janvier au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30), au 20 rue des Gravilliers, dans le 3ème arrondissement de Paris, avec le soutien de Gucci. Voici son interview, issue de la première édition d’Antidote Curates, parue en septembre dernier.

Lire la suite

Antidote organise la première exposition solo de la photographe Mariette Pathy Allen à Paris

Nous vous accueillerons du 27 janvier au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30) au 20 rue des Gravilliers, dans le troisième arrondissement de Paris, et espérons que vous serez nombreux·ses à venir découvrir l’œuvre de Mariette Pathy Allen à travers cette première exposition Antidote Curates, organisée avec le soutien de Gucci.

Lire la suite

Qui est Lev Khesin, l’artiste inspiré par la cosmologie qui a collaboré avec Berluti ?

Installé à Berlin depuis une vingtaine d’années, l’artiste russe Lev Khesin est le dernier à avoir été invité par la maison Berluti pour une collaboration. Dévoilée en avril 2021 à travers un film intitulé « Living Apart Together » et immortalisée par le photographe Lee Wei Swee dans notre dernier numéro, la collection automne-hiver 2021/2022 de la maison offrait une nouvelle dimension aux peintures abstraites de l’artiste russe, né en 1981, retranscrites par Kris Van Assche sur des chemises en soie, des pulls ou encore des costumes. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.