Anton Corbijn : 1-2-3-4

Article publié le 10 juin 2015

Art

Son quatrième film, Life, qui évoque la relation entre un photographe et une star (en l’occurrence James Dean), sera dans les salles en septembre. Juste avant cette nouvelle étape cinématographique, le cultissime photographe a décidé de faire une pause (éphémère ou pérenne, seul le temps nous le dira). Et, pour souligner le rôle déterminant qu’il a tenu dans l’imagerie rock depuis les années 70, nous offre ce sublime 1-2-3-4 – fidèle au nombre de décennies passées à shooter Mick Jagger, Jeff Buckey, Siouxsie Sioux, Nirvana, Tom Waits, Courtney Love, Patti Smith, Michael Stipe… Ils sont tous là, leur charisme transcendé par le noir & blanc si distinctif d’Anton Corbijn – un noir & blanc qui nous avait d’ailleurs coupé le souffle lors de son premier long-métrage, Control (2007).

Accompagnés de textes parfois très touchants des artistes, souvent devenus des amis – à l’instar de Nick Cave qui se souvient d’une séance photo avec son fils dans un jardin anglais – 1-2-3-4 est plus qu’un simple livre de photos, il est aussi un témoignage de ce qu’a été jadis la musique, de ce qu’elle lutte pour être encore : un art de liberté et d’engagement, de nonchalance et de rage, d’amour et de haine. Un art qui, en quelques riffs seulement, peut changer notre vie. Le rock’n’roll d’Anton Corbijn est celui dont on rêve tous, et celui auquel on croit.

Anton Corbijn, 1-2-3-4, éditions Xavier Barral.

Un Texte de Sophie Rosemont

Les plus lus

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

lire la suite

voir tout

Art

Comment le Moyen Âge est-il redevenu cool ?

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.