5 endroits à visiter à Paris pendant les Journées du Patrimoine

Article publié le 16 septembre 2016

Share :

Photo : courtesy of les Espaces d’Abraxas

Ce week-end et comme chaque année, l’Europe ouvrira les portes de ses monuments les plus extraordinaires ou insolites dans le cadre des Journées du Patrimoine. Du décor d’Hunger Games au Palais-Royal aux coulisses de la maison Balenciaga, nous avons sélectionné 5 lieux immanquables à Paris.

LES COULISSES DE BALENCIAGA

Pour la première fois de l’histoire des Journées du Patrimoine créées en 1984 par le Ministère de la culture, Kering invite les visiteurs à pénétrer dans l’enceinte de l’ex-Hôpital Laennec devenu siège du groupe et de la maison Balenciaga. Cet édifice du XVIIe siècle exposera exceptionnellement les 17 et 18 octobre une sélection de pièces extraites de la collection d’art contemporain de François Henri-Pinault ainsi que 27 robes haute couture signées Cristobál Balenciaga.

Le siège de Kering ouvrira ses portes au 40, rue de Sèvres, 75007 Paris, de 10h à 18h.

LES SALONS PRIVÉS DU PALAIS-ROYAL

En plein cœur de Paris, le Palais-Royal, construit par le cardinal de Richelieu enferme en son sein l’un des plus jolis jardins de la capitale. Si on peut les visiter librement, il n’en est pas de même pour les salons privés qu’occupent aujourd’hui le ministère de la Culture et de la Communication, le Conseil d’État, le Conseil constitutionnel et la Comédie française. Ils ouvrent exceptionnellement leurs portes ce weekend.

Le Palais-Royal ouvrira ses portes rue de Montpensier, 75001 Paris, de 9h à 18h.

LE TOIT PANORAMIQUE DE LA PHILARMONIE DE PARIS

Imaginée par Jean Nouvel et inaugurée en janvier 2015, la Philarmonie de Paris a réveillé le nord-est parisien. On y vient pour contempler son architecture futuriste, écouter un concert ou visiter une exposition. À partir de demain, on s’y rend également pour profiter de la vue imprenable sur tout Paris qu’offre son immense toit-belvédère jusqu’ici fermé au public.

La Philarmonie de Paris ouvrira ses portes au 221, avenue Jean Jaurès, 75019 Paris, de 10h à 18h.

LES SECRETS DES ARCHIVES NATIONALES

Ce splendide et immense hôtel particulier du Marais abrite les archives nationales. Dans les tiroirs qui longent ses interminables couloirs, des documents qui ont fait l’histoire de la France. À l’occasion des Journées du Patrimoine, les Archives Nationales dévoilent les milliers de documents, messages, objets récoltés sur les lieux de recueillement investis après les attentats du 13 novembre 2015.

Les Archives Nationales ouvriront leurs portes au 60 Rue des Francs Bourgeois, 75004 Paris, de 9h à 18h.

LE DÉCOR D’HUNGER GAMES AUX ESPACES D’ABRAXAS

L’endroit est surréaliste et constitue un lieu de tournage idéal. C’est d’ailleurs ce à quoi ce quartier de Noisy-le-Grand érigé à la fin des années 1970 par l’architecte Ricardo Bofill a servi à de nombreuses ; d’abord pour le clip Ouragan de Stéphanie de Monaco puis récemment pour les besoin d’Hunger Games : La Révolte, partie 2.

Les Espaces d’Abraxas ouvriront leurs portes Place des Fédérés 93160 Noisy-le-Grand, le samedi 17 septembre de 15h30 à 18h30.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir plus

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Une exposition signée Virgil Abloh II

Alors qu’il dévoilait il y a quelques jours les pièces nées de sa collaboration avec le label californien de Carol Lim et Humberto Leon Opening Ceremony, l’ancien Club Kid Walt Cassidy, mieux connu dans les années 90 sous le pseudonyme « Waltpaper », publie aujourd’hui un beau livre dédié à la sous-culture qui a secoué la […]

ArtBeautéFresh News

« La Parade de l’aveuglement » : l’exposition minimale et queer de Dorian Sari

Avec « La Parade de l’aveuglement », le Centre Culturel Suisse (CCS) à Paris consacre la première exposition personnelle en France de l’artiste Dorian Sari, né en 1989 à Izmir (en Turquie), et désormais installé à Bâle. Sculptures, vidéos et performances y résonnent entre elles dans une tentative complexe de transformation des mythologies et des rites. Le corps, joué, heurté ou empêché se débat et s’élance. Il cherche sa place, se mesure au monde. Trouble, non essentialisé, il catalyse les désirs, les paradoxes et les doutes. Le corps, désirant, queer et potentiel est en même temps soi et l’interface à l’autre (la société, le groupe, la communauté).

Qui est Richard Torry, figure oubliée du punk et virtuose du tricot ?

Jusque-là très confidentielle, l’œuvre du londonien Richard Torry s’expose pour la toute première fois, dans l’artist run-space Goswell Road à Paris. Designer à l’avant-garde du knitwear dans les années 80, également musicien, et collaborateur de l’iconique Leigh Bowery ou encore de Vivienne Westwood, cet artiste était l’un des catalyseurs de la culture punk DYI londonienne.

lire la suite

> voir plus

Art

« La Parade de l’aveuglement » : l’exposition minimale et queer de Dorian Sari

inscription newsletter antidote

Inscription réussie.