Les nuits parisiennes de François Goizé
 

Article publié le 22 janvier 2016

Photos : François Goizé
Texte : Laurence Vély

Des années de fréquentation de nuits parisiennes ont donné l’envie à ce photographe de compiler dans un livre ses plus belles photos de stars et de mondains.

Le bon photographe de soirée est une espèce rare. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il ne s’agit pas juste de savoir prendre des photos correctes et d’aimer travailler jusqu’à pas d’heure. Un bon photographe de soirée doit certes prendre de belles photos. Mais il doit surtout savoir inciter les gens, connus, simplement mondains – ou pire – wanna be mondains – à se lâcher devant son appareil, à convier leurs amis à prendre la pose avec lui, à accepter de prendre une minute, ou trois s’ils sont saouls, pour épeler leur nom.
Il doit aussi, et ne croyez pas que c’est plus facile, savoir quand ne pas les prendre, car ses modèles ne sont pas assez connus, pas assez cool, ou pire, pas assez beaux. Somme toute, le photojournaliste mondain doit avoir assez de connaissance du milieu de la nuit pour en reconnaître les acteurs par coeur et assez de distance pour ne pas être fasciné par on sujet – ou ses sujets. Son skill principal sera une sorte de radar du cool super sensible qui décelera, au milieu des quinze soirées quotidiennes en période de défilés, à laquelle il faudra impérativement se rendre. Pour cela, il ne pourra compter que sur des rumeurs, des bruits de couloirs de magazines, des pisteurs…
A la manière d’un journaliste de guerre, un photojournaliste a un réseau d’infiltrés partout dans la ville.  Il doit être flexible, savoir partir au quart de tour d’un événement décevant, pour se déployer d’urgence dans un autre lieu. En plus de tous ces talents non énumérés sur des fiches Studyrama, il doit évidemment être agréable à regarder, être doté d’une mémoire visuelle hors du commun et ne pas faire de fautes d’orthographe dans les noms. Ensuite, il lui est conseillé d’être insomniaque ou un peu masochiste, car à l’heure du tout digital, les photos doivent être publiées de préférence avant-hier au plus tard.
François Goizé fait donc partie de cette poignée de photographes parisiens réunissant toutes ces compétences  et le plus important : l’envie sincère d’arpenter les nuits parisiennes pour en recueillir la sève.
On night on the town in Paris, auto édité, compile plusieurs années de photoreportage, pour les magazines digitaux Women Wear daily, Style.com et surtout Vanityfair.fr. « La plupart de ces photos ont été exploitées pour le web, dans l’urgence, et très vite noyées dans un flot d’informations et de consommation d’images à outrance. Je voulais leur redonner un sens photographique pur en les publiant. Que l’on prenne enfin le temps de les regarder, de comprendre ce qu’elles racontent » explique François Goize. Au final, ce livre, à la manière d’un Paparazzi de Ron Gallela, remplit sa mission. Il rend compte, en noir et blanc, des années 2010, à Paris, dans des soirées où voir est aussi important qu’être vu.
A la question qui nous brûle les lèvres, François Goize répondra placidement : « Oh oui, ça peut arriver que certaines soirées deviennent sympa, dérapent un peu. En général, c’est plutôt calme».

A night on the town in Paris
En vente chez colette
Signature le 26 janvier 2016 à 18H00

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

> voir tout

Pourquoi il ne fallait pas rater la Desire Party d’Antidote

Un showcase surprise du rappeur Laylow, une toute nouvelle salle à Paris, trois DJ sets corrosifs signés Dustin Muchuvitz, Lukas Heerich et Vittos… Le programme de la DESIRE PARTY d’Antidote était intense. Retour en images sur cette soirée effrénée, qui fêtait le sortie du nouveau numéro du magazine : DESIRE.

Le calendrier des soirées Paris Fashion Week femme AW20

Voici notre guide des soirées où il fera bon voir et être vu, arriver tard et partir plus tôt que prévu.

La dernière interview de Michou, légende de la nuit parisienne

Décédé dimanche 26 janvier dans un hôpital parisien, l’homme à la tête de l’un des plus célèbres cabarets de la capitale accueillait Antidote chez lui quelques mois plus tôt, un verre de champagne à la main et le sourire aux lèvres. L’occasion de revenir une dernière fois sur son extraordinaire parcours.

Les 1001 nuits d’Allanah Starr

Née de sexe masculin à Cuba lors d’un chaud mois de juillet 19?? (on ne révèle jamais l’âge d’une Lady), Allanah Starr et sa famille migrent vers Miami pour fuir la dictature de Fidel Castro et la persécution que subit son père anticommuniste. Après une enfance pauvre et difficile, elle s’est tracé un destin hors du commun : successivement gogo-danseuse, escort girl, star du X puis meneuse de revue dans un célèbre cabaret parisien, l’enfant timide d’autrefois est aujourd’hui devenue une reine de l’entertainment. Rencontre.

Qui était le plus effrayant à la Antidote Halloween Party ?

Antidote était de retour avec une nouvelle édition de sa Halloween Party le 31 octobre dernier, où dominatrices, Pierrots sanglants et morts-vivants se sont livrés à une danse infernale sous les auspices de DJ Poison, Dustina et Bamao Yendé accompagné sur scène par Le Diouck.

Le calendrier des soirées Paris Fashion Week femme SS20

Voici notre guide des soirées où il fera bon voir et être vu, arriver tard et partir plus tôt que prévu.

ModeNuit

lire la suite

> voir tout

ModeNuit

Rencontre avec Leyna Bloom, l’atrice trans à l’affiche de Port Authority qui compte changer le monde

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.