Qui est le créateur derrière la robe de Beyoncé aux MTV VMAs ?

Article publié le 29 août 2016

Share :

Texte : Jessica Michault
Photo : Instagram @Beyonce

Elle est devenue hier soir lors des MTV Video Music Awards l’artiste la plus récompensée de l’histoire de la cérémonie. Pour son arrivée remarquée sur le tapis rouge accompagnée de sa fille Blue Ivy, Beyoncé portait une robe du créateur italien Francesco Scognamiglio, fraîchement entré dans le calendrier officiel de la haute couture. Antidote l’a rencontré.

Si Francesco Scognamiglio vient seulement de faire son entrée dans le calendrier officiel de la haute couture, le créateur italien a commencé sa carrière dans le vase clos de la couture il y a de cela une quinzaine d’années.

Né à Pompei d’une mère directrice d’un bureau de poste local et d’un père avocat, Scognamiglio a fait ses armes à l’Institut Supérieur de Design de Naples. Immédiatement après l’obtention de son diplôme en 1998, il lance sa griffe éponyme depuis un atelier qui fut autrefois la maison de ses grands-parents. Seulement deux ans plus tard, il présente ses créations très féminines et romantiques infusées d’une touche de rock and roll lors d’un défilé à Rome, où son amie, le top model en herbe Maria Carla Boscono, foule le podium.

Francesco Scognamiglio haute couture automne-hiver 2016

Mais dans l’histoire de la maison Francesco Scognamiglio, cette année 2016 restera celle où la marque a réellement pris son envol. Elle marque non seulement le quinzième anniversaire de son premier défilé de prêt-à-porter milanais, mais aussi l’inauguration d’un impressionnant nouveau siège dans la capitale lombarde au sein d’un palazzo du XVIIe siècle via Morone. Et n’oublions pas qu’il fera cette semaine et pour la première fois son apparition dans le calendrier officiel de la haute couture français.

À l’aube de ce nouveau départ, nous avons discuté avec le créateur de ce qu’implique la présentation de sa couture dans la ville lumière, de la façon dont nous décririons la femme Scognamiglio et de la recette pour attiser sa créativité.

Francesco Scognamiglio haute couture automne-hiver 2016

Antidote : Comment vous-êtes vous senti lorsque l’on vous a annoncé que vous étiez retenu parmi les membres invités de la Chambre Syndicale de la Haute Couture Française ?

Francesco Scognamiglio : Pour moi, c’était la réalisation d’un rêve que j’avais depuis mon plus jeune âge. C’est un honneur phénoménal, et quand vous pensez que le dernier designer italien à avoir été nommé membre invité s’appelle Giorgio Armani, c’est plutôt un choc. Et maintenant, je suis dans le rush pour terminer 19 chefs-d’œuvre qui je l’espère témoigneront au monde de ce dont je suis capable.

Quand avez-vous découvert votre amour pour la mode ?

C’est une belle question parce qu’à chaque fois qu’on me la pose, elle me ramène à mon enfance, vers l’âge de 5 ans, quand j’accompagnais ma mère acheter des robes. C’était une très belle femme, je la regardais s’habiller pour sortir et je réalisais alors que j’avais en moi, cette envie de créer ma propre vision de la beauté. J’ai commencé à dessiner à l’âge de 3 ans, et j’ai continué à adorer cela en grandissant. J’ai finalement commencé à esquisser des femmes nues puis à les vêtir de robes. C’est le moment où j’ai réalisé vouloir confectionner des robes. Mais pour moi, créer, c’est une sorte d’art que je peux exprimer aux autres à travers mes gestes.

« La couture, pour moi, c’est comme boire un verre de vin, c’est très facile. »

Vous fêtez le 15e anniversaire de votre première collection de prêt-à-porter présentée à Milan. Vous avez vu Milan émerger de son sommeil et la naissance d’une toute nouvelle génération de jeunes créateurs. Que pensez-vous de ce changement ?

Je pense qu’il y a encore beaucoup de confusion ces jours-ci parce que la méthode employée précédemment pour construire son ADN était bien plus précise qu’aujourd’hui. Les designers montaient graduellement saison après saison. Aujourd’hui, beaucoup de créateurs, pour être cool ou essayer d’être cool, changent ce qu’ils font chaque saison et on ne comprend plus vraiment qui ils sont ou ce qu’ils représentent. Si la presse dit de moi : « oh, encore des volants », je m’en moque. Parce que je pense avoir une vision très spécifique de ma marque, et cela me permet de ne créer que de très belles pièces. J’adore l’univers de la lingerie. J’aime la transparence, la dentelle et les volants. Puis j’utilise mes compétences pour faire que les femmes se sentent belles comme jamais lorsqu’elles portent mes créations.

Francesco Scognamiglio haute couture automne-hiver 2016

Quand pensez-vous être au summum de votre créativité ? Quand est-ce que l’esprit de la création s’empare-t-il de vous ?

Tout est question d’intimité. Quand je me retrouve seul dans mon bureau, je fais l’amour avec mon crayon, mes couleurs et mes lumières. C’est un moment très intime que je dédie à la transformation d’une feuille de papier vierge en quelque chose de spécial. Pour concevoir une nouvelle histoire, le prochain chapitre de l’histoire de ma marque. Le plus beau moment, c’est quand vous êtes seul avec vos idées.

Quel est le plus gros défi que vous rencontrez aujourd’hui avec votre marque ?

Préparer le show de couture, d’abord. C’est vraiment un monde différent. C’est l’odeur des tissus, c’est le tailleur autour du corps féminin. Mais j’ai commencé la couture avec mon entreprise en 2008, donc elle fait vraiment partie intégrante de mon ADN. La couture, pour moi, c’est comme boire un verre de vin, c’est très facile. Mais le fait d’intégrer le calendrier officiel parisien de la haute couture ajoute de la pression.

Et alors, qui est la femme Francesco Scognamiglio ?

Ma femme est une mère. Ma femme est une amante. Ma femme est très sensible et une personne singulière. C’est une femme qui aime les hommes. Elle sait aimer. Elle sait pleurer, avoir l’air chic, provocateur et doux en même temps.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

À quand un enseignement décolonial de la mode ?

Loin d’être universel, le concept de mode renvoie à une pluralité d’imaginaires, d’esthétiques et de vécus invisibilisés par une histoire coloniale qu’une nouvelle génération appelle aujourd’hui à déconstruire – notamment via l’enseignement.

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

lire la suite

> voir tout

Mode

La Camera Nazionale della Moda Italiana a confirmé la tenue de la Fashion Week de Milan été 2021, du 22 au 28 septembre prochains