Quel scandale !
Ou quand le 7e art
défraie la chronique

Article publié le 16 juin 2015

Art

Paru peu de temps avant le Festival de Cannes, le journaliste Guillaume Evin revient sur les heures les plus sulfureuses du cinéma avec Quel scandale ! . Le sous-titre ne laisse pas de doute : ces « 80 films qui ont choqué leur époque »… Evin résume chacun d’entre eux, les analysant finement, revenant sur la personnalité du réalisateur et le contexte, la réception et l’inscription dans le livre d’or (et de sang) du cinéma.
Pour des raisons religieuses (La dernière tentation du Christ), morales (Le diable au corps, Les Valseuses), politiques (Le cuirassé Potemkine, Nuit et Brouillard), le cinéma a su chatouiller les bonnes mœurs et la pudibonderie comme il se devait. Même si, très vite, on oublie le choc provoqué par L’Empire des Sens, le malaise suscité par Antéchrist, la colère soulevée par Lolita… Certains films ne nous semblent plus du tout provocants de nos jours, mais d’autres laissent encore bouche bée, comme Orange Mécanique ou Le Dernier Tango à Paris. Selon Jean Renoir, « l’art du cinéma consiste à s’approcher de la vérité des hommes » – et c’est parfois douloureux. Un beau livre instructif et rondement mené, ponctué d’entretiens avec des réalisateurs dont le froid n’a jamais piqué les yeux : Catherine Breillat, Costa-Gavras et Agnès Varda.

Quel scandale ! de Guillaume Evin, éditions La Martinière.

Un texte de Sophie Rosemont

Les plus lus

> voir tout

Pourquoi la figure du clown fascine le monde créatif ?

Des mèmes de Donald Trump déguisé aux blockbusters tels que Joker ou Ça, le personnage initialement comique du clown s’affirme désormais comme une figure dramatique, voire inquiétante. Une nouvelle stature qui inspire la mode, la musique et l’art contemporain, attirés par son aura sulfureuse.

ArtCulture

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

lire la suite

> voir tout

Art

Printemps.com : enfin un espace e-commerce inclusif dédié à la mode

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.