Une exposition sur les soirées parisiennes les plus mythiques

Article publié le 16 décembre 2017

Share :

Photo : Thierry Mugler, Carla Bruni et Chris Martin aux Bains Douches en 1990.

Des cabarets de Pigalle au Palace en passant par les années folles, la nouvelle exposition gratuite de l’Hôtel de Ville revient sur plus de deux siècles de fêtes.

Comportant plus de 300 œuvres et objets d’époque, l’exposition commence par rappeler que la nuit parisienne naît avec le développement de l’électricité : au XVIIIe siècle, les fêtes se concentrent là où les rues sont éclairées, autour du Palais Royal. Philippe D’Orléans, connu pour être un fêtard, y fait ouvrir restaurants et tripots, et les prostituées affluent dans les galeries couvertes qui traversent le quartier – « le Pigalle de l’époque », précise le commissaire de l’exposition et historien Antoine de Baecque auprès du Parisien.

Photo : Anniversaire Kenzo au Palace, en 1978, par Philippe Hervaut.

Au milieu du XIXe siècle, les guinguettes fleurissent à Paris avant le succès de cabarets comme Les Folies Bergères ou le Moulin Rouge une cinquantaine d’année plus tard, alors que les nuits de la capitale atteignent leur apogée, avec environ 2.5 millions de travailleurs selon le spécialiste. En 1920, le cœur de la fête se déplace au sein de la bohème artistique de Montparnasse, puis il descend dans les caves de jazz du quartier de Saint-Germain des Près, notamment à La Huchette et au Tabou, immortalisé par le photographe Robert Doisneau.

Photo : Coulisse d’un music-hall. © Collection Roget-Viollet.

Il faut ensuite attendre les années 1950-1960 pour voir naître les premiers clubs, comme la Locomotive, qui deviendra plus tard la Machine du Moulin Rouge. Des discothèques mythiques ouvrent leurs portes dans la foulée : chez Castel, chez Régine, puis le célèbre Palace fondé en 1978 par Fabrice Emaer, où mondains et dandys sans le sous se draguent et dansent ensemble au sein de fêtes extravagantes. L’exposition leur rend hommage, sans s’attarder ensuite sur l’explosion des musiques électroniques des années 1990 à nos jours, avec lesquelles l’histoire de la nuit parisienne a entamé un nouveau chapitre qui continue de s’écrire.

L’exposition « Les Nuits Parisiennes, du Palais royal au Palace » se tiendra jusqu’au 27 janvier 2018 à la salle Saint-Jean de l’Hôtel de Ville de Paris, 5 rue Lobau, Paris 4.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir plus

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Une exposition signée Virgil Abloh II

Alors qu’il dévoilait il y a quelques jours les pièces nées de sa collaboration avec le label californien de Carol Lim et Humberto Leon Opening Ceremony, l’ancien Club Kid Walt Cassidy, mieux connu dans les années 90 sous le pseudonyme « Waltpaper », publie aujourd’hui un beau livre dédié à la sous-culture qui a secoué la […]

ArtBeautéFresh News

« La Parade de l’aveuglement » : l’exposition minimale et queer de Dorian Sari

Avec « La Parade de l’aveuglement », le Centre Culturel Suisse (CCS) à Paris consacre la première exposition personnelle en France de l’artiste Dorian Sari, né en 1989 à Izmir (en Turquie), et désormais installé à Bâle. Sculptures, vidéos et performances y résonnent entre elles dans une tentative complexe de transformation des mythologies et des rites. Le corps, joué, heurté ou empêché se débat et s’élance. Il cherche sa place, se mesure au monde. Trouble, non essentialisé, il catalyse les désirs, les paradoxes et les doutes. Le corps, désirant, queer et potentiel est en même temps soi et l’interface à l’autre (la société, le groupe, la communauté).

Qui est Richard Torry, figure oubliée du punk et virtuose du tricot ?

Jusque-là très confidentielle, l’œuvre du londonien Richard Torry s’expose pour la toute première fois, dans l’artist run-space Goswell Road à Paris. Designer à l’avant-garde du knitwear dans les années 80, également musicien, et collaborateur de l’iconique Leigh Bowery ou encore de Vivienne Westwood, cet artiste était l’un des catalyseurs de la culture punk DYI londonienne.

lire la suite

> voir plus

Art

« La Parade de l’aveuglement » : l’exposition minimale et queer de Dorian Sari

inscription newsletter antidote

Inscription réussie.