Patti Cakes Antidote

Patti Cake$, la serveuse qui rêvait de percer dans le rap

Photo : Patti Cake$

Ce 8 Mile au féminin suit la trajectoire fulgurante d’une jeune rappeuse américaine prête à en découdre. À voir au cinéma dès le mercredi 30 août.

Premier long-métrage de l’Américain Geremy Jasper, Patti Cake$ sort en salles ce mercredi 30 août 2017 après avoir été présenté en compétition au festival Sundance, et de clore la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en mai dernier. L’actrice australienne Danielle Macdonald y incarne une rappeuse émergente partagée entre ses rêves de gloire et la trivialité de son quotidien dans le New-Jersey.

Une histoire largement inspirée par la vie du réalisateur ; après avoir découvert Run DMC à neuf ans, Jasper s’est lancé dans le rap, a composé des morceaux et présenté des lives, avant de changer de voie et de tourner des clips pour Florence & The Machine ou encore Selena Gomez. Avec Patti Cake$, il réunit à nouveau ses passions pour le cinéma et la musique, et livre un début prometteur qui se penche sur l’Amérique des déclassés.

À lire aussi :

  • Mode

    Azzedine Alaïa était-il le dernier grand couturier ?

    Azzedine Alaïa est un modèle de liberté dans le monde de la mode. Autodidacte, il est l’un des créateurs les plus influents de l’industrie et a toujours tout fait a sa manière. Au fil d’une conversation candide, le plus petit des designers de mode nous a raconté pourquoi il n’a jamais passé une journée prive de liberté, comment la gentillesse de ses clients a lance sa carrière et pourquoi il n’aurait aucune envie de vivre jusqu’a 150 ans.
  • Art

    La photographe Dana Lixenberg expose 20 ans de photos d’un ghetto de Los Angeles

    À travers « Imperial Courts (1993-2015) » qu'elle présente au Centre photographique Rouen-Normandie, Dana Lixenberg retrace l’évolution d’une cité malfamée du sud de Los Angeles, où s’étaient déroulées les émeutes de Watts.
  • Société

    Reportage : au coeur d'Ocakli, un village turc menacé par le tourisme

    Les photographes Fora Norman et Aysegul Demirhan se sont rendus à Ocakli, près de la frontière Arménienne, alors que le gouvernement turc tente de chasser les locaux pour convertir les ruines environnantes en site touristique. Ils rapportent un témoignage visuel et écrit de leur voyage pour Antidote.