Marni Antidote

L’homme Marni dans les yeux d’Antidote

Texte : Jessica Michault
Photographe : Antoine Harinthe
Réalisation : Yann Weber
Production : Cynthia Hadden
Grooming : Makiko Nara @ Walter Schupfer Management using MAC Cosmetics
Model : Alex Prado @ Two Management Los Angeles
Assistante réalisation : Charlotte Toffin

READ FULL ENGLISH TEXT HERE

Dans une interview exclusive, complétée d’une série mode réalisée spécialement par Antidote pour la collection printemps-été 2016, Consuelo Castiglioni s’entretient sur son prêt-à-porter masculin, sur le phénomène du « see now, buy now » et sur son plaisir coupable préféré.

Consuelo Castiglioni n’aime pas tellement les interviews. Elle préfère laisser ses créations distinctives, ses coupes sculpturales, ses riches imprimés et sa palette de couleurs uniques parler pour eux-mêmes. Après six années passées à dévoiler ses collections masculines lors de présentations confidentielles, elle a relancé l’homme Marni sur le podium milanais pour le printemps-été 2016. Ce changement stratégique a encouragé la créatrice d’ordinaire plutôt taciturne à se prononcer sur les raisons qui la confortent dans l’idée que l’uomo Marni est peut-être plus fidèle que son alter-ego féminin.

marni-antidote-2

ANTIDOTE. Comment décririez-vous l’homme Marni ? Qui est-il ?
CONSUELO CASTIGLIONI. Selon la vision générale de Marni, l’homme Marni a une personnalité forte et beaucoup de sensibilité. Il aime les expériences et fait très attention aux détails. Vous pouvez parler d’excentricité, mais c’est une excentricité relative.

ANTIDOTE. Pourquoi avez-vous décidé de retourner aux défilés après des années de présentations ?
CONSUELO CASTIGLIONI. L’homme Marni est de plus en plus fort, et nous nous appliquons à offrir une collection de prêt-à-porter et d’accessoires vaste et complète. Nous avons ressenti le besoin de voir les collections « prendre vie » et s’exprimer de façon totale (espace, musique, vêtements en mouvement…).

ANTIDOTE. Quels objectifs vous-êtes vous fixés pour la ligne masculine ?
CONSUELO CASTIGLIONI. L’homme et la femme Marni viennent du même monde, ils sont libres, élégants et drôles (ils comprennent notre luxe excentrique). C’est pour cela que mon objectif est de développer cette idée chez la femme également. Le prêt-à-porter masculin Marni est toujours plus apprécié des clients et ce que je constate, c’est que les hommes adorent l’esthétique dans son intégralité. Les femmes peuvent tomber amoureuses d’un sac en particulier, ou d’une paire de chaussures, mais les hommes sont fans de l’image générale de l’homme Marni.

« Les femmes peuvent tomber amoureuses d’un sac en particulier, ou d’une paire de chaussures, mais les hommes sont fans de l’image générale de l’homme Marni. »

ANTIDOTE. D’après vous, le modèle de production «see now, buy now» est-il inévitable ou est-il essentiel pour le processus créatif de faire attendre les gens?
CONSUELO CASTIGLIONI. Comme pour tout, le «see now, buy now» a un double visage, positif et négatif. Il est sans doute bien de pouvoir acheter directement ce que vous voyez, un nouveau rythme excitant qui vous donne un retour immédiat sur ce que vous avez conçu. D’un autre côté, j’ai toujours vu la mode comme une forme d’art. Plus qu’une démonstration de créativité, un show « see now, buy now » est un coup marketing. Il ne s’agit pas de faire attendre les gens, mais plutôt de leur donner le temps de comprendre l’idée, d’embrasser l’esthétique et de se construire une opinion. Il faut du temps pour apprécier une collection.

ANTIDOTE. Comment travaillez-vous ? Quel est votre procédé créatif ?
CONSUELO CASTIGLIONI. Quand je dessine une collection, mon approche est instinctive, je suis inspirée par les choses qui m’entourent, la nature, l’art, les différentes cultures, la vie en elle-même est inspirante… Mon point de départ est le plus souvent la recherche de tissus ou de matériaux. Je suis fascinée par l’effet des différentes textures. Les couleurs et les imprimés sont aussi au centre de mon travail.

ANTIDOTE. Que représente la mode pour vous ?
CONSUELO CASTIGLIONI. Je vois la mode comme l’un des moyens les plus importants et efficaces de révéler la personnalité de chacun. Je n’aime ni les frontières étroites, ni les diktats. D’après moi, la mode offre aux gens un très large spectre de possibilités. C’est comme cela que j’ai conçu Marni.

marni-antidote-3

ANTIDOTE. Que faites-vous pour vous échapper de la mode ?
CONSUELO CASTIGLIONI. J’ai une maison à Formentera, mon petit coin de paradis. Quand je suis là-bas, j’oublie totalement mon travail et mon seul souci est de prendre soin de moi et bien sûr de ma famille, qui est toujours à mes côtés.

ANTIDOTE. Où et quand êtes vous la plus heureuse ?
CONSUELO CASTIGLIONI. Sans hésitation : quand je passe du temps avec mes trois beaux neveux, ce que j’essaie de faire le plus souvent possible.

ANTIDOTE. S’il y avait une chose que vous pouviez changer dans l’industrie de la mode, qu’est-ce que ce serait ?
CONSUELO CASTIGLIONI. La routine stressante.

ANTIDOTE. Quel est le meilleur conseil que vous ayez jamais reçu ?
CONSUELO CASTIGLIONI. Celui que je donne à mon fils et ma fille depuis leur enfance : toujours utiliser son cerveau et ne jamais être influencé par ce que font les autres.

« Je vois la mode comme l’un des moyens les plus importants et efficaces de révéler la personnalité de chacun. »

ANTIDOTE. Que faites-vous quand vous voulez vous faire plaisir ?
CONSUELO CASTIGLIONI. J’aime passer du temps dans la nature, ou quand je voyage, j’adore découvrir de petites galeries, ou des boutiques vintage, où je cherche de l’inspiration. Mais par-dessus tout, je me sens vraiment bien quand je suis à la maison, avec ma famille… et un bon carré de chocolat belge, mon plaisir coupable !

ANTIDOTE. Lisez-vous les critiques de vos défilés ? Sont-elles importantes à vos yeux ?
CONSUELO CASTIGLIONI. Oui. Je ne me lève pas non plus à 5h du matin pour aller chez le marchand de journaux, mais bien sûr je souhaite que ma vision soit appréciée et surtout comprise. Néanmoins, je dois dire qu’une fois le show terminé, je m’octroie du repos et me laisse un peu aller… puis je retourne rapidement au travail pour le prochain.

ANTIDOTE. Quelle est votre définition de la liberté ?
CONSUELO CASTIGLIONI. Être capable d’exprimer votre personnalité et votre singularité, sans se soucier de ce que peuvent penser les autres.

ANTIDOTE. Quand vous regardez ce que vous avez accompli chez Marni jusqu’à maintenant, comment vous sentez-vous ? Y-a-t’il des choses que vous souhaiteriez avoir faites différemment ?
CONSUELO CASTIGLIONI. Je n’aurais jamais pu anticiper ce qu’est Marni aujourd’hui, et j’en suis très contente. Dès le début, nous avons été bien reçus par la presse et les acheteurs, l’évolution a été naturelle. Dans tous les cas, ma vision n’a pas changé, les éléments intrinsèques à Marni étaient là à sa genèse, comme l’expérimentation, l’avant-garde, le goût pour les imprimés et les couleurs. Bien sûr, tout était plus simple quand nous avons débuté. Nous avions une collection par an, j’avais beaucoup plus de temps pour moi et ma famille. Malgré tout, quand je vois ce que Marni est devenu aujourd’hui, je ne changerai ça pour rien au monde.

marni-antidote-4
marni-antidote-5
marni-antidote-6
marni-antidote-8
marni-antidote-7

À lire aussi :