Anatomie Collection Palais Galliera Antidote

L’anatomie d’une collection au Palais Galliera

Photo : Eric Poitevin / ADAGP 2016

Dis-moi ce que tu portes, et je te dirai qui tu es. L’exposition Anatomie d’une collection, qui ouvre ses portes ce samedi 14 mai au Musée de la mode, raconte le vêtements à travers le prisme de son propriétaire. Du gilet de Napoléon au pyjama de Tilda Swinton.

L’un des écueils majeurs des expositions consacrées au vêtement est souvent un manque d’humanité ; ce supplément d’âme qui réside non pas nécessairement dans l’habit en lui-même mais dans l’harmonieux accord qu’il compose avec celui qui l’arbore.

Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera et commissaire de lAnatomie dune collection, s’est posé la question de savoir « qui porte quoi ? ». La réponse qu’il y apporte avec la contribution des conservateurs du Musée se traduit par la réunion d’une centaine de robes, pantalons, chapeaux, vestes et souliers, propriété de l’institution réouverte au public en 2013.

palais-galliera-anatomie-collection-antidote

Gilet d’homme ayant appartenu à Claude-Lamoral II, prince de Ligne et du Saint Empire (1685-1766), vers 1750
Redfern, cape du soir, vers 1900-1905, et Vaginay, paire de salomés, vers 1925, portées par Anna Gould (comtesse Boni de Castellane, 1875-1961)

Photos : Eric Poitevin/ADAGP

Paris met sa mode à l’heure de la célébration. Alors que le Musée des Arts Décoratifs fête le trentenaire de sa collection mode avec Fashion Forward, le Musée de la Mode de la Ville de Paris revisitera donc jusqu’au 23 octobre 2016 la mode du XVIIIe siècle à nos jours.

Les pièces qui constituent ce vestiaire transgénérationnel ont été portées par Marie-Antoinette, Napoléon, George Sand, Audrey Hepburn, Tilda Swinton,… mais aussi par des individus dont l’existence n’a pas marqué l’Histoire. Anatomie d’une collection, c’est une histoire de la mode racontée par ceux qui l’ont écrite, l’écrivent et continueront de l’écrire.

L’exposition Anatomie d’une collection est à découvrir au Palais Galliera, 10 avenue Pierre 1er de Serbie, 75116 Paris, jusqu’au 23 octobre 2016.

À lire aussi :