Milan

Que faut-il retenir de la Fashion Week homme de Milan hiver 2018 ?

Photo : Fendi automne-hiver 2018-2019
Texte : Maxime Retailleau

Tailoring SM, sneakers Versace en collaboration avec le rappeur 2 Chainz et come-back du nylon chez Prada : retour sur les points les plus marquants de la fashion week de Milan.

Du 13 au 15 janvier, la Fashion Week de Milan a marqué le retour en force du tartan et du nylon en parallèle de nombreux rebondissements, du défilé sado-masochiste de Jeremy Scott pour Moschino aux chapeaux-parapluie Fendi.

La tendance : le SM

Tenues intégrales en latex, bottes en cuir et harnais sanglé sur le torse : Jeremy Scott a puisé dans l’esthétique SM pour sa nouvelle collection, réinventant le vestiaire quotidien tout en multipliant les références au mouvement punk. Le designer, qui nous avait habitué à des créations légères et colorées, signe sa ligne la plus sombre à ce jour sans délaisser sa veine pop – la culture sado-masochiste ayant infusé au sein du grand public suite au succès de 50 Shades of Grey. Le jeune label Palm Angels s’est lui aussi inscrit dans cette veine, avec des modèles défilant en cagoules cloutées qui tranchaient d’avec leurs tenues streetwear.

sm-moschino-palm-angels-antidote

Photos de gauche à droite : Moschino automne 2018, Palm Angels automne 2018, Moschino automne 2018, Palm Angels automne 2018.

La matière : le nylon

À l’origine du succès de Prada dans les années 1980, la toile nylon était omniprésente dans la dernière collection de la maison italienne, qui jouait également avec l’esthétique workwear à travers des logos d’entreprise imprimés, ou des badges d’employés accrochés aux manteaux. Sur certaines pièces, Miuccia Prada a  collaboré avec de grands noms du design et de l’architecture, pour mieux multiplier les perspectives  : Herzog et de Meuron, Konstantin Grcic, Ronan et Erwan Bouroullec, et Rem Koolhaas, qui a conçu un sac frontal noir parcouru de zips.

prada-men-fw18

Photos : Prada automne-hiver 2018-2019.

La sensation forte : le sport extrême

Le sport extrême séduit de plus en plus dans la mode, et les runways de Milan n’y ont pas échappé. Marcelo Burlon a ainsi invité le rider Viki Gómez à occuper le centre de son show, où il enchaînait des figures (avec parfois quelques fails) cerné de mannequins à l’allure radicale avec leurs crânes rasés, œils au beurre noir et autres tatouages faciaux. Chez Emporio Armani, le show a lui été lancé par une horde de modèles casqués, auxquels ils ne manquait qu’un snowboard pour partir affronter les dénivelés enneigés.

A post shared by Viki Gómez (@vikigomezbmx) on

L’incontournable : le blouson-armure

Les collections milanaises alliaient esthétique et protection fonctionnelle, que ce soit chez MSGM et ses blousons renforcés, Neil Barrett et ses vestes de motard, ou encore avec des hauts matelassés, conçues par le designer anglais ou bien Dirk Bikkembergs, qui en a dévoilé une version en jaune canari.

blouson-armure-milan-fw18-antidote

Photos de gauche à droite : MSGM automne 2018, Neil Barrett automne 2018, MSGM automne 2018, Dirk Bikkembergs automne 2018.

Le voyage : le Far West

La dernière collection Dsquared2 était centrée sur la culture cowboy, à grands renforts de pantalons à franges, ceintures à boucle XXL et imprimés peau de vache, ouvrant et fermant son défilé avec les superstars Bella Hadid et Kendall Jenner. Pour Diesel Black Gold, le norvégien Andreas Melbostad s’est lui inspiré de traditions vestimentaires issues de cultures ethniques variées, de l’Islande au Pérou en passant par l’ouest des États-Unis, dont celle des Indiens Navajo.

dsquared2-diesel-black-gold-antidote

Photos de gauche à droite : Dsquared2 automne 2018, Diesel Black Gold automne 2018, Dsquared2 automne 2018, Diesel Black Gold automne 2018.

Le come back : le tartan

Le tartan était omniprésent cette saison à Milan : version carreaux miniatures chez Marni, sur les pantalons MSGM et Fendi ou une longue veste souple chez Federico Curradi, avec une touche sportswear au showroom Ermanno Scervino ou encore en full look chez Dirk Bikkembergs. On le retrouvait aussi en couleurs vives chez Palm Angels et Versace, qui l’a décliné sur de nombreuses pièces de sa dernière collection (y compris sur l’une de ses nouvelles paires de baskets).

tartan-milan-fw18-men-antidote

Photos de gauche à droite : MSGM automne 2018, Federico Curradi automne 2018, Versace automne 2018, Marni automne 2018.

Les sneakers : 2 Chainz x Versace

Le rappeur d’Atlanta a collaboré avec la maison italienne sur une nouvelle série de paires de baskets baptisées « Chain Reaction », en clin d’œil au pseudo du rappeur, et à leurs larges semelles en forme de chaînes s’entrelaçants, et dont la création a été chapeautée par Salehe Bembury – ancien employé de YEEZY, maintenant en charge des sneakers chez Versace. L’une des paires est recouverte d’un imprimé léopard, faisant écho à ses multiples représentations sur différentes pièces de la collection, faisant une nouvelle fois la part belle aux animaux sauvages. Donatella Versace s’est aussi en partie inspirée de l’univers du football pour cette ligne, dont les écharpes de supporters siglée d’un grand V constituent l’accessoire phare.

L’accessoire : le chapeau-parapluie Fendi

Accessoire touristique par excellence, l’umbrella-hat vient de faire ses premiers pas sur un catwalk chez Fendi dans un décor d’aéroport. Il y était décliné en plusieurs versions, dont certaines étaient recouvertes du monogramme de la maison italienne, qui assume pleinement le retour du double F 90’s à travers cette nouvelle ligne. Il y est présent en multiples petites touches, sur des cols de manteaux ou des sacs à main, voire même sur des vestes entières, tandis que la fonctionnalité reste au cœur de la collection, des bananes en bandoulière aux casquettes en passant par les capuches imperméables.

fendi-men-fw18-antidote

Photos : Fendi automne-hiver 2018-2019.

Le set design : Marni

Plusieurs invités sont restés incrédules en découvrant leur siège au défilé Marni : allaient-ils vraiment devoir s’installer sur cette petite caisse en bois, ce cheval à bascule pour enfant ou cette peluche de girafe géante renversée sur la moquette pour assister au show ? Ce seating atypique faisait d’ailleurs écho à l’esprit fantaisiste de la collection, dont de nombreuses pièces étaient recouvertes de motifs de chaises, singes et autres écureuils géants, détournant le tailoring traditionnel.

A post shared by Marni (@marni) on

À lire aussi :