Saint Laurent Selena Forrest Fall 2017 Vaccarello Antidote

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Paris ?

Texte : Alice Pfeiffer
Photo : Saint Laurent automne-hiver 2017-2018

Jupe-tapis de voiture, base spatiale et guerre de générations : Antidote présente 10 moments qui concluent la saison des défilés de prêt-à-porter féminin hivernal 2017.

La fashion week parisienne conclue 4 semaines de marathon aux nouvelles quasi-quotidiennes : la dernière collection de Clare Waight Keller pour Chloé, le 100ème défilé de Dries Van Noten, les premiers shows de Atlein et Afterhomework alimentent les fils Instagram comme les discussions. Les tendances, elles, marquent le début d’une douce évolution depuis le sportswear, l’androgyne vers des coupes sexy, du féminin assumé, des lieux historiques – revues de façon conceptuelle et riches en références. Nos 10 moments immanquables.

PARIS : GRANDIOSE ET HISTORIQUE

Fenty Puma by Rihanna automne-hiver 2017-2018

Cela fait plusieurs saisons que la fashion week convoquait les journalistes dans des boites de nuit, installait ses sièges entre des machines à fumée et des distributeurs de poppers, comme pour signaler l’entrée en territoire underground.
Cette saison, les marques posent plutôt leurs valises dans des lieux majestueux, où les tenues de demain contrastent avec l’historicité du lieu. Ainsi Koché abandonne le forum des Halles pour aller défiler aux Folies Bergères ; Fenty présente une collection sexy et sportive dans une des branches anciennes de la Bibliothèque Nationale de France, et Louis Vuitton couronne la semaine en installant son podium au Louvre. Une façon de réconcilier passé et présent.

LE RETOUR : L’ÉTERNEL FÉMININ

De gauche à droite : Koché automne-hiver 2017-2018, Jacquemus automne-hiver 2017-2018, Jourden automne-hiver 2017-2018 et Atlein automne-hiver 2017-2018

Si l’androgyne, le tomboy et le genderless ont rhabillé les podiums ces derniers temps, un autre pendant voit le jour, en contraste radicale : un retour à l’éternel féminin.
Jourden présente une collection de robes aux jupons et froufrous, portées comme des robes d’enfants ; Atlein, pour son premier défilé, dévoile une collection de robes en jersey impeccablement coupées ; Jacquemus, lui, met en avant des tenues inspirés de la culture « gitane », mélange longues jupes et veste de blazer façon Matador ; et Koché s’éloigne de son streetwear couture pour proposer des robes en soies sensuelles.

L’ACCESSOIRE : LA BOTTE SAINT LAURENT

Saint Laurent automne-hiver 2017-2018

Pour son deuxième défilé à la tête de la maison Saint Laurent, Anthony Vacarello lançait une botte hivernale au talon conique, au cuir à l’effet retroussé couleur camel, noir ou bleu nuit. Un retour au confort apportant une note plus casual à une collection sexy et destinée à la nuit.

LE REMIX : OFF-WHITE

Off-White automne-hiver 2017-2018

Dans un interview avec le GQ, Raf Simons disait du créateur Virgil Abloh, à la tête du label Off/White, qu’il n’avait rien inventé. En réponse à celui qu’il décrit comme son maitre, le styliste américain intitule son show ‘Nothing New’. Et remet au centre la question du remix, de la relecture et de la réinvention en 2017.

LA TENDANCE : TUNING COUTURE

Balenciaga automne-hiver 2017-2018

Demna Gvasalia, adepte de détournements ludiques et luxueux, reprend les codes d’une voiture (il en aurait acquis une cette saison) : jupe portefeuille-tapis de voiture, clutch-rétroviseur, boucles d’oreilles-boucle de ceinture de sécurité. La mode du tuning, version couture.

LA BANDE-SON : KOCHÉ

Comme chaque saison, Koché fait appel au collectif Aamourocéan qui crée une œuvre sonore en adéquation avec le défilé. Résultat, un remix des compositeurs minimalistes Steve Reich et Avro Pärt, de la chanteuse Julee Cruise (cf. la bande originale de Twin Peaks), du musicien électro soutenu par Skrillex, Porter Robinson. Un mélange des genres et des époques à l’image de la marque.

LE REFRAIN : HIT ME BABY ONE MORE TIME

De gauche à droite : Esteban Cortazar automne-hiver 2017-2018, Louis Vuitton automne-hiver 2017-2018 et Fenty Puma by Rihanna automne-hiver 2017.

Britney Spears aurait-elle été avant-gardiste sans le savoir ? Une chose est sûre, le chic écolière revient, depuis les tenues mi-pom pom girl mi-uniforme scolaire de collèges américains chez Fenty ; du kilt à n’en plus finir chez Esteban Cortazar ; des jupes plissée chez Louis Vuitton. One more time.

LA MANNEQUIN : HIANDRA MARTINEZ

De gauche à droite : Saint Laurent automne-hiver 2017-2018, Loewe automne-hiver 2017-2018, Stella McCartney automne-hiver 2017-2018 et Chanel automne-hiver 2017-2018.

Des nattes plaquées, un visage mutin, et une pelle roulée à Selena Forrest, voilà comment Hiandra Martinez explose dans la mode : à l’affiche de la campagne actuelle Saint Laurent, pour qui elle défile également cette saison. Et ça ne s’arrête pas là, elle apparaît aussi sur les catwalk Chanel, Stella McCartney, Loewe… sans oublier la couverture d’Antidote : Borders. Et vient de dépasser la frontière entre new face et top.

LE WOW EFFECT : CHANEL

17157638_981765798622275_3625985508537056360_o

Chanel automne-hiver 2017-2018

Les journalistes pensaient avoir tout vu : supermarché, brasserie géante ou fausse rue furent par le passé recrées dans le Grand Palais. Cette saison, Chanel construit une base spatiale avec, au cœur, une fusée autour de laquelle défilent les mannequins. À la fin, le public n’est pas au bout de ses surprises : de la fumée émane de la machine, des lumières clignote et celle-ci décolle (presque). Vers l’infini et au delà des Champs-Elysées.

À SUIVRE : OTTOLINGER

Ottolinger automne-hiver 2017-2018

Pour sa première présentation parisienne, le label émergent Ottolinger, lancé par le duo suisse Christa Bösch et Cosima Gadien, imagine une ornementation à base de déchirure, de brulures et découpes punk – hauts calcinés ou jupes de feutre frangés mains. Pour rajouter à l’aspect artisanal détourné, la collection est présentée avec des sacs en argile sculpté main. Une pratique d’atelier emportée dans l’underground.

À lire aussi :

  • Mode

    Azzedine Alaïa était-il le dernier grand couturier ?

    Azzedine Alaïa est un modèle de liberté dans le monde de la mode. Autodidacte, il est l’un des créateurs les plus influents de l’industrie et a toujours tout fait a sa manière. Au fil d’une conversation candide, le plus petit des designers de mode nous a raconté pourquoi il n’a jamais passé une journée prive de liberté, comment la gentillesse de ses clients a lance sa carrière et pourquoi il n’aurait aucune envie de vivre jusqu’a 150 ans.
  • Art

    La photographe Dana Lixenberg expose 20 ans de photos d’un ghetto de Los Angeles

    À travers « Imperial Courts (1993-2015) » qu'elle présente au Centre photographique Rouen-Normandie, Dana Lixenberg retrace l’évolution d’une cité malfamée du sud de Los Angeles, où s’étaient déroulées les émeutes de Watts.
  • Société

    Reportage : au coeur d'Ocakli, un village turc menacé par le tourisme

    Les photographes Fora Norman et Aysegul Demirhan se sont rendus à Ocakli, près de la frontière Arménienne, alors que le gouvernement turc tente de chasser les locaux pour convertir les ruines environnantes en site touristique. Ils rapportent un témoignage visuel et écrit de leur voyage pour Antidote.