Damaris Goddrie No Make Up Antidote Now Generation

Le maquillage est-il passé de mode ?

Texte : Paola Tuzzi
Photo : Benjamin Lennox pour Magazine Antidote : Now Generation printemps-été 2016

Teint brillant, bouche nue, regard épuré : le no make-up déboulonne les standards beauté, aussi bien sur les podiums que les comptes Instagram des célébrités. Entre tendance stylistique et statement naturaliste, anatomie d’une rébellion devenue révolution.

Dimanche 2 octobre, à l’extrême nord-est parisien. Kim Kardashian-West fait son entrée un brin tardive sur le set immaculé du défilé Balenciaga, semblant s’être extirpée quelques instants plus tôt des bras de Morphée. Vêtue d’un simple trench laissant deviner son anatomie, la native de la cité des Anges prend alors derrière ses lunettes noires des airs de Belle de Jour façon Demna. Mais quand elle les retire, c’est en réalité une toute autre facette de sa personnalité qu’elle dévoile. Teint glowy, lèvres nude et paupières sans fard : Kim n’est pas maquillée. Un événement en soi quand on connaît son expertise make-up et son talent inégalé pour le contouring, mais pas seulement. Au-delà de l’anecdote, c’est tout l’avenir de la tendance no-make up qui vient ici de se jouer voire même, son apogée.

DES BACKSTAGES AU FRONT ROW

kate-moss-calvin-klein-julia-nobis-haider-ackermann-no-make-up-antidote

De gauche à droite : Calvin Klein automne-hiver 1998, Haider Ackermann automne-hiver 2016

Si tout a commencé avec le travail du célèbre make-up artiste Dick Page pour Calvin Klein durant les audacieuses nineties, ce sont les collections automne-hiver 2016-2017 qui ont sans conteste marqué le retour du no make-up.

C’est ainsi que Haider Ackermann imagine pour cet hiver une armée de mannequins néo-punks à la mise en beauté quasi inexistante, les tops affichant une mine volontairement crue et défraîchie dépourvue d’anti-cernes et aux sourcils déteints. Une vision exacerbée du no-make up que l’on retrouve sur les silhouettes nova-geek d’Alessandro Michele chez Gucci ou celles, glaciales, de Prabal Gurung.

Quant aux autres adeptes du teint sans fard, c’est en réalité un “no make-up make up” bien plus Instagram-friendly qu’ils s’appliquent à mettre en oeuvre, comme par exemple chez Tommy Hilfiger, Valentino ou encore Giambattista Valli, dont les muses quasi virginales affichent un teint subtilement nude, travaillé à partir de fines touches d’enlumineurs révélant une mine aussi fraîche que la rosée du matin. Une façon en somme d’exalter encore un peu plus la candeur physique des jeunes tops foulant le podium – à l’image des “fresh faces” à la Lily Rose Depp et Kaia Gerber qui incarnent aujourd’hui les maisons de luxe.

cs_xftrw8aawlbm

Prada printemps-été 2017

Et un simple aperçu des beauty looks des récents défilés printemps-été 2017 suffit à confirmer l’avènement durable du no make-up. De Prada à Bottega Veneta en passant par Alexander McQueen, Saint Laurent ou encore Christian Dior : tous ont troqué lèvres dark et ombres à paupières graphiques pour une mise en beauté minimaliste et authentique. Une conversion qu’avait d’ailleurs opéré Balenciaga dès l’arrivée de Demna Gvasalia, plaçant la maison aux avant-postes de la tendance devenue phénomène sociétal.

UNE APOGÉE MADE IN INSTAGRAM

Kim Kardashian n’est évidemment pas la première célébrité (ni la dernière) à se faire remarquer par son “absence” d’apparats cosmétiques. Les deux dernières années ont été rythmées par les selfies sans artifice de personnalités telles que Gwyneth Paltrow, Sharon Stone, Beyoncé ou encore les jeunes Bella Hadid et Cara Delevingne.

En légende de leur clichés, on retrouve en filigrane le même message sirupeux, dans la lignée latente du no-photoshop : une volonté de s’émanciper des diktats de la beauté imposées par la société mais, aussi, une envie d’assumer et révéler leur “véritable moi”, loin de la perfection esthétique à laquelle leur image sur papier glacée ou grand écran nous a habituée.

Dernièrement, c’est Alicia Keys qui s’est distinguée par une approche carrément militante du no-make up. Dans une tribune publiée via Lenny Letters, la newsletter féministe de Lena Dunham, la chanteuse déclarait ne plus vouloir couvrir son visage de maquillage et semble même s’y tenir, devenant le porte-drapeau d’une génération ayant fait de la célèbre punchline “Woke Up Like This” de Beyoncé un véritable art de vivre, dont l’industrie cosmétique n’a d’ailleurs pas manqué de s’emparer.

Car si l’absence de maquillage à proprement parler semble difficilement commercialisable, l’effet no “make-up” dans un monde dominé par un selfie roi et le tout cosméto s’est rapidement présenté comme une aubaine lucrative pour L’Oréal & co. Des célèbres Beiges de Chanel aux CC Creams en passant par les tutos #NoMakeUp qui fleurissent sur Youtube, tout est bon pour sublimer sa naturalité. D’acte militant, le no-make up s’est alors insidieusement métamorphosé en nouvelle norme au business juteux.

alicia-keys-album-here-antidote-no-make-up
mobile-alicia-keys-album-here-antidote-no-make-up

Alicia Keys pose sans maquillage sur la couverture de son nouvel album Here prévu pour avril 2017.

Dernièrement, c’est Alicia Keys qui s’est distinguée par une approche carrément militante du no-make up. Dans une tribune publiée via Lenny Letters, la newsletter féministe de Lena Dunham, la chanteuse déclarait ne plus vouloir couvrir son visage de maquillage et semble même s’y tenir, devenant le porte-drapeau d’une génération ayant fait de la célèbre punchline “Woke Up Like This” de Beyoncé un véritable art de vivre, dont l’industrie cosmétique n’a d’ailleurs pas manqué de s’emparer.

Car si l’absence de maquillage à proprement parler semble difficilement commercialisable, l’effet no “make-up” dans un monde dominé par un selfie roi et le tout cosméto s’est rapidement présenté comme une aubaine lucrative pour L’Oréal & co. Des célèbres Beiges de Chanel aux CC Creams en passant par les tutos #NoMakeUp qui fleurissent sur Youtube, tout est bon pour sublimer sa naturalité. D’acte militant, le no-make up s’est alors insidieusement métamorphosé en nouvelle norme au business juteux.

À lire aussi :