Michel Journiac

L’expo gore et féministe de Michel Journiac à la M.E.P

Photo : courtesy of Maison Européenne de la Photographie

Dans la cadre du Mois de la Photo de Grand Paris, la Maison Européenne de la Photographie célèbre le travail queer, ambigu et dérangeant du sensationnel Michel Journiac.

Alors que la Maison Européenne de la Photographie consacre son printemps à l’exploration de la notion de corps, avec des expositions événements signées Orlan, Martial Cherry ou Gloria Friedmann, un homme continue de transgresser les codes plus de vingt ans après sa mort et treize ans après sa dernière rétrospective.

Michel Journiac était unique en son genre. Un genre d’ailleurs bien difficile à cerner. Né en 1935, celui que l’on considère aujourd’hui comme le père de l’art corporel est emporté par un cancer en 1995 et meurt dans un dernier éclat de rire en plein repas. En 1969, il signe son premier grand coup d’éclat et choque en faisant déguster son propre sang cuisiné en boudin à ses adeptes, dans une parodie de cérémonie religieuse à la galerie Templon. Figure emblématique de la scène artistique des années 1970 et 1980, Michel Journiac aura marqué son époque d’une emprunte gorgée d’hémoglobine, lui qui aura fait de son sang son outil de travail favori – dans une époque marquée par l’épidémie du sida – à travers des performances, des installations ou des sculptures à la limite du gore pour questionner les notions de souffrance des corps ou de dons du sang.

journiac-antidote

Loin d’être un simple agitateur du trash, Journiac était aussi un formidable photographe et vidéaste, des disciplines grâce auxquelles il immortalisait des traces de son œuvre. L’artiste se met en scène, se déguise beaucoup – notamment en femme afin de mieux comprendre et ressentir leur vécu – et imagine des tableaux tantôt ordinaire, tantôt sépulcrale ou macabre, qui questionnent autant la sexualité et les jeux identitaires que le sacré et la morale. L’exposition rassemble une centaine d’œuvres qui balayent les grandes thématiques de l’artiste.

L’exposition Michel Journiac, L’action photographique est à découvrir à la Maison Européenne de la Photographie jusqu’au 18 juin 2017.

À lire aussi :

  • Art

    Artistes et robots fusionnent au Grand Palais

    L'intelligence artificielle n'a jamais autant passionné et inquiété nos sociétés qui voient en elle une voie infinie vers le progrès mais aussi le chemin vers l'obsolescence de l'homme. Si l'on soupçonnait ses enjeux sociaux, politiques, économiques et mêmes écologiques, les maîtres de l'art mesurent sa contribution déjà majeure à leur discipline. La nouvelle grande exposition du Grand Palais mêle robots, art visuel et réalité virtuelle.
  • Mode, Musique

    L'interview de Daphne Guinness : « La perfection me dérange »

    Antidote s’est entretenu avec l’icône, héritière et chanteuse connue pour son extravagance et son cercle d'illustres amis, d'Alexander McQueen à Lady Gaga. Son second album Daphne & The Golden Chord sort aujourd'hui.
  • Musique

    Sound 68 : la nouvelle playlist de Maud Geffray pour Antidote

    Elle jouera ce samedi à la Machine du Moulin Rouge à l'occasion des 10 ans des soirées Wet For Me initiées par le collectif lesbien Barbi(e)turix aux côtés de Louisahhh ou encore Jeanne Added. Voici la seconde playlist Antidote de Maud Geffray.