Antidote Bains Douches Nuits Parisiennes

Une exposition sur les soirées parisiennes les plus mythiques

Photo : Thierry Mugler, Carla Bruni et Chris Martin aux Bains Douches en 1990.

Des cabarets de Pigalle au Palace en passant par les années folles, la nouvelle exposition gratuite de l’Hôtel de Ville revient sur plus de deux siècles de fêtes.

Comportant plus de 300 œuvres et objets d’époque, l’exposition commence par rappeler que la nuit parisienne naît avec le développement de l’électricité : au XVIIIe siècle, les fêtes se concentrent là où les rues sont éclairées, autour du Palais Royal. Philippe D’Orléans, connu pour être un fêtard, y fait ouvrir restaurants et tripots, et les prostituées affluent dans les galeries couvertes qui traversent le quartier – « le Pigalle de l’époque », précise le commissaire de l’exposition et historien Antoine de Baecque auprès du Parisien.

nuit-parisienne-palace-antidote

Photo : Anniversaire Kenzo au Palace, en 1978, par Philippe Hervaut.

Au milieu du XIXe siècle, les guinguettes fleurissent à Paris avant le succès de cabarets comme Les Folies Bergères ou le Moulin Rouge une cinquantaine d’année plus tard, alors que les nuits de la capitale atteignent leur apogée, avec environ 2.5 millions de travailleurs selon le spécialiste. En 1920, le cœur de la fête se déplace au sein de la bohème artistique de Montparnasse, puis il descend dans les caves de jazz du quartier de Saint-Germain des Près, notamment à La Huchette et au Tabou, immortalisé par le photographe Robert Doisneau.

Coulisses Music-hall.

Photo : Coulisse d’un music-hall. © Collection Roget-Viollet.

Il faut ensuite attendre les années 1950-1960 pour voir naître les premiers clubs, comme la Locomotive, qui deviendra plus tard la Machine du Moulin Rouge. Des discothèques mythiques ouvrent leurs portes dans la foulée : chez Castel, chez Régine, puis le célèbre Palace fondé en 1978 par Fabrice Emaer, où mondains et dandys sans le sous se draguent et dansent ensemble au sein de fêtes extravagantes. L’exposition leur rend hommage, sans s’attarder ensuite sur l’explosion des musiques électroniques des années 1990 à nos jours, avec lesquelles l’histoire de la nuit parisienne a entamé un nouveau chapitre qui continue de s’écrire.

L’exposition « Les Nuits Parisiennes, du Palais royal au Palace » se tiendra jusqu’au 27 janvier 2018 à la salle Saint-Jean de l’Hôtel de Ville de Paris, 5 rue Lobau, Paris 4.

À lire aussi :